Chercher dans les site Phil-Ouest Retour page d'accueil Survol retour page d'accueil Ecrire au webmestre Survol de Ecrire au webmestre
Il y a 233 visiteurs en cet instant
   Normandie    14    28    50    61    76      Bretagne    22    29    35    56      Pays-de-la-Loire    44    49    53    72    85    France  
 
Chercher un timbre
 

Timbre de 2017

Cinquante-cinq ans du cessez-le-feu en Algérie 1962-2017

Tous droits réservés

Création graphique de Youz
D´après le Mémorial national de la guerre d'Algérie (1952- 1962) et des combats du Maroc et de la Tunisie, créé par Gérard Collin-Thiébaut 2002.

Zoom sur le timbre
 
Les timbres commémoratifs
 
Timbres évoquant l'Algérie
 
 
Les timbres de l'année 2017
Voir les 12 timbres de mars 2017
 
Le timbre «25 ans après, rassemblement mondial Nice »
 
Identifier un timbre à partir de critères multiples
Vous devez choisir au moins un des 3 critères de recherche
mots-clés
Au moins un des mots   tous les mots
Dans l'ordre des
Mots entiers   partie de mots
valeur faciale          sans valeur faciale
ET   ET gamme de couleurs
Recherches de timbres selon les motifs de leur image
mots-clés
  Au moins un des mots Tous les mots  
Mots entiers partie de mots
Premier jour le Mercredi 15 mars 2017 Oblitération illustrée 1er jour à Paris au « Carré d'encre » de 10 h à 18 h, 13 bis rue des Mathurins, 75009 PARIS.
Vente générale le Lundi 20 mars 2017
Valeur faciale : 1,30 €
Affranchissement de la lettre prioritaire pour le monde jusqu'à  20g
Timbre vertical   Dimensions totales 26x40 mm Dentelure 13
Imprimé en héliogravure
Emis à 701 400 exemplaires
Le timbre à date premier jour - création: Youz
La Poste émet un timbre à l'occasion des 55 ans du cessez-le-feu en Algérie. Le timbre représente le Mémorial National de la Guerre d'Algérie et des Combats du Maroc et de la Tunisie conçu par Gérard Collin-Thiébaut et inauguré le 5 décembre 2002.

Erigé sur la promenade piétonne du quai Branly, ce mémorial se compose de trois colonnes alignées de section carrée (5,85 m de haut sur 0,60 m de côté), séparées chacune de deux mètres et moulées dans un béton de la teinte du calcaire de Paris. Les trois colonnes sont animées par des afficheurs électroniques faisant défiler textes et noms en continu et de bas en haut, les diodes de première colonne étant bleues, de la seconde blanches et de la troisième rouges.

Sur la première colonne défilent les noms et prénoms des 23 000 Soldats et Harkis, classés par année et par ordre alphabétique, morts pour la France entre 1954 et 1962 en Algérie et entre 1952 et 1956 au Maroc et en Tunisie, avec, pour seules autres mentions, le prénom et l'âge au moment de la mort. Sur la deuxième colonne défilent des messages rappelant la période de la guerre d'Algérie et le souvenir de tous ceux qui ont disparu après le cessez le feu, ainsi que le texte suivant :
« 1 343 000 appelés ou rappelés, 405 000 militaires de carrière ou engagés, près de 200 000 supplétifs ont servi sur les différents théâtres d'opération d'Afrique du Nord :
  • Algérie : du 1er novembre 1954 au 2 juillet 1962
  • Maroc : du 1er juin 1953 au 2 mars 1956
  • Tunisie : du 1er janvier 1952 au 20 mars 1956 »
La troisième colonne permet la recherche et le défilement rapide d'un nom sur l'ensemble de la liste, grâce à une borne interactive.


Un peu d'histoire

En annonçant le 2 octobre 1961 « l'institution de l'Etat algérien souverain et indépendant par la voie de l'autodétermination », le général de Gaulle a rendu possible les négociations entre l'Etat français et le Gouvernement provisoire de la République algérienne.
C'est en Haute-Savoie, à Evian-les-Bains, que se réunissent au printemps suivant les représentants des deux parties, du 7 au 17 mars 1962. Au nom de la France, les pourparlers sont menés par Louis Joxe, ministre des Affaires algériennes, tandis que la délégation algérienne est présidée par Krim Belkacem, militant historique du Front de libération nationale.

Pour les hommes chargés de négocier la sortie de crise, le plus urgent est de ramener le calme et de faire taire les armes dans un climat de tensions exacerbées entre militants indépendantistes algériens et partisans de l'Algérie française.
Si le traité issu de cette concertation ne compte pas moins de 93 feuillets, qui prévoient les modalités de l'indépendance de l'Algérie et les formes de la coopération future avec la France, c'est l'article premier des accords d'Evian qui témoigne de la volonté pacificatrice de ses promoteurs : il stipule en effet qu'il sera mis fin aux opérations militaires et à toute action armée sur l'ensemble du territoire algérien le 19 mars 1962, à 12 heures ».
Cette date marque l'aboutissement d'un long et difficile processus destiné à mettre un terme à la guerre.
© La Poste

Dʹaprès le communiqué de presse de Phil@Poste 

Google

     
Ce site a été visité 14974302 fois - cette page a été visitée 1852 fois - précédente visite le 29/05/2017 à 22h 59mn
Mois de mai 2017: 722 092 visites cumulées des pages pour 197 473 visites du site.


Pour remonter en haut de page faire un double clic où vous voudrez...