Normandie    14    28    50    61    76      Bretagne    22    29    35    56      Pays-de-la-Loire    44    49    53    72    85    France  
Chercher un timbre
 

Timbre de 1956

Célébrités étrangères ayant oeuvré en France
Jean-Jacques Rousseau 1712-1778

Tous droits réservés

Dessiné par Michel Ciry
Gravé par René Cottet

Zoom sur le timbre
 
Les timbres de célébrités diverses
 
 
Les timbres relatifs à la Littérature et au Théâtre
 
 
Les timbres du Val d´Oise
 
◆ Les timbres de la région Ile-de-France
 
Timbres évoquant la Suisse
 
 
Les timbres de l'année 1956
Voir les 7 timbres de novembre 1956
 
Philosophes et humanistes
 
405 Lien vers le site «Wikipédia, l´encyclopédie libre en ligne»biographie, portrait et oeuvres de Jean-Jacques Rousseau
  Les timbres concernés par ce site
 
Identifier un timbre à partir de critères multiples
Vous devez choisir au moins un des 3 critères de recherche
mots-clés
Au moins un des mots   tous les mots
Dans l'ordre des
Mots entiers   partie de mots
valeur faciale          sans valeur faciale
ET   ET gamme de couleurs
Recherches de timbres selon les motifs de leur image
mots-clés
  Au moins un des mots Tous les mots  
Mots entiers partie de mots
Jean-Jacques Rousseau, né le 28 juin 1712 à Genève et mort le 2 juillet 1778 (à 66 ans) à Ermenonville, est un écrivain, philosophe et musicien genevois francophone.

La vie de Jean-Jacques Rousseau est une vie d'indépendance et d'instabilité. Il quitte d'abord Genève à seize ans pour la Savoie, où il reçoit un complément d'éducation et une initiation à l'amour par Mme de Warens avant de gagner Paris en 1742, pensant faire carrière dans la musique. Il mène alors une existence difficile, cherchant divers protecteurs et vivant avec Thérèse Levasseur, qui lui donnera cinq enfants, tous confiés à l'Assistance publique. Dans le même temps, il rencontre Diderot et écrit des articles sur la musique pour l'Encyclopédie.

Son œuvre (« structurée et décidée » disait Raymond Trousson) participe à l'esprit des Lumières par son rejet des régimes autocratiques, mais il s'en distingue notamment quant à l'idée que le siècle serait un heureux siècle de fer et de progrès comme chez Voltaire : « Tout sert au luxe, au plaisir de ce monde. Oh ! le bon temps que ce siècle de fer ! », Voltaire, Le Mondain (1726).

Entretenant de façon générale des relations interpersonnelles difficiles, il se réfugie plusieurs fois dans la solitude, séjournant de nouveau en Suisse en 1762 après la condamnation de ses ouvrages par le Parlement de Paris. Il entreprend alors d'écrire son autobiographie pour se justifier et multiplie les lieux de résidence, pour finalement retourner à Paris en 1770 et vivre en copiant de la musique. Il meurt à 66 ans en 1778 et sa dépouille sera transférée au Panthéon par la Convention au moment de la Révolution française en 1794.

Rousseau entre dans l'histoire des idées avec ses brefs essais : Discours sur les sciences et les arts (1750) et Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes (1755), en opposant l'état de nature qui faisait le bonheur de l'humanité, à l'état social, source des insatisfactions générales. Ayant pris le contrepied de la philosophie de Hobbes, il sait néanmoins un retour à l'origine impossible et il poursuit une réflexion sur le fonctionnement d'une société démocratique basée sur le Contrat social (1762) dans lequel le peuple souverain organise la vie collective. Rousseau propose aussi, avec Émile, ou De l'éducation (1762), une réflexion sur l'éducation, qu'il affirme devoir s'appuyer sur la préservation des qualités naturelles de l'enfant et assurer plutôt des savoir-faire concrets que des savoirs livresques.

Dans le domaine littéraire, l'apport de Jean-Jacques Rousseau est également déterminant avec Julie ou la Nouvelle Héloïse (1761), roman par lettres sur le modèle anglais du Paméla ou la Vertu récompensée de Samuel Richardson, qui sera un des plus gros tirages du siècle en séduisant par sa peinture préromantique du sentiment amoureux et de la nature. Les Confessions (rédigées entre 1765 et 1770, avec publication posthume en 1782 et 1789) et Les Rêveries du promeneur solitaire (écrites en 1776-1778, publiées en 1782) fondent l’autobiographie ; l'auteur s'y livre à une observation approfondie de ses sentiments intimes.

Ainsi l'influence de Jean-Jacques Rousseau est-elle majeure aussi bien dans le domaine de la philosophie politique en nourrissant la réflexion sur la démocratie que dans le domaine de la littérature, et, au-delà, dans les comportements, avec la place nouvelle faite à la sensibilité, qui s'épanouira au début du siècle suivant avec le romantisme.
Dʹaprès Wikipédia 
Premier jour le Samedi 10 novembre 1956 Oblitération spéciale 1er jour à Montmorency (Val-d'Oise)
Vente générale le Lundi 12 novembre 1956
Retiré de la vente le Samedi 20 avril 1957
Valeur faciale : 15,00 F
Affranchissement de la lettre simple pour l´intérieur
Timbre vertical   Taille image : 21,45x36 mm Dimensions totales 26x40 mm
Imprimé en taille douce rotative 3 couleurs à 50 timbres par feuille sur presse N° 11
Emis à 2,5 millions d´exemplaires

Le timbre à date premier jour

1956 - Célébrités étrangères ayant œuvré en France

Voir cette série       • Lister les timbres de cette série
1082 - Petrarque 1304-1374
1083 - Jean-Baptiste Lulli 1632-1687
1084 -
 Jean-Jacques Rousseau 1712-1778 
1085 - Benjamin Franklin 1706-1790
1086 - Frédéric Chopin 1810-1849
1087 - Vincent Van Gogh 1833-1890

Google

     
Ce site a été visité 15839467 fois - cette page a été visitée 3399 fois - précédente visite le 22/09/2017 à 04h 13mn
Mois de septembre 2017: 563 089 visites cumulées des pages pour 179 972 visites du site.


Pour remonter en haut de page faire un double clic où vous voudrez...