Chercher un timbre
 

Timbre autoadhésif de 2014

Carnet « Les vaches de nos régions »
La Saosnoise

Tous droits réservés

Création graphique de Mathilde Laurent

Zoom sur le timbre
 
Les timbres autoadhésifs
 
 
Timbres de la Nature (minéraux, flore et faune)
 
 
Les timbres de la Sarthe
 
 
Les timbres de la Mayenne
 
◆ Les timbres de la région Pays-de-la-Loire
 
 
Les timbres de l'année 2014
Voir les 30 timbres de février 2014
 
Le boeuf, le taureau, la vache, le veau ou la velle sur les timbres
 
20 Lien vers le site «La race saosnoise» hitorique de la vache saosnoise
   
 
17 Lien vers le site l´Institut de l´élevage:
La fiche de La Saosnoise
   
 
Premier jour le Samedi 22 février 2014 Oblitération illustrée 1er jour à Paris au Salon de l'Agriculture et au «Carré d'encre»
Vente générale le Lundi 24 février 2014
Retiré de la vente le Vendredi 24 février 2017 - Retraits de l’année 2017
Timbre à validité permanente valeur faciale à la date d'émission 0,61 €  -  Voir les tarifs au 24 février 2014
Affranchissement de la lettre verte jusqu´à 20g pour la France métropolitaine
Timbre auto-adhésif   Dimensions totales 38x24 mm   Dentelure 11
Imprimé en héliogravure
Emis à 3 500 000 exemplaires


Le timbre à date premier jour : Mathilde Laurent

2014 - Les vaches de nos régions

Voir cette série       • Lister les timbres de cette série
953 La bretonne pie noir
954 L'armoricaine
959
 La Saosnoise 
960 La Nantaise
955 La Béarnaise
956 La Maraîchine
961 La Bordelaise
962 La Lourdaise
957 La Mirandaise
958 La Villard de Lans
963 La Casta
964 La Ferrandaise
953 BC Carnet « Les vaches de nos régions »
La saosnoise est une race bovine française.
Origine

Cette race a été constituée à partir de races locales (percheronne, mancelle) avec des apports de sang extérieur : durham, normande, Maine-Anjou. Elle a pris le nom de sa région d'origine, le Saosnois (nord de la Sarthe) dans les années 1930.

Elle serait issue de trois populations fusionnées:

  • Une population de mancelle, non croisée avec la shorthorn lors de la création de la race rouge des prés au XIXe siècle.
  • Une population de percheronne, une race ayant contribué à la création de la normande, qui aurait échappé aux croisements.
  • Une population de shorthorn restée en race presque pure jusque dans les années 1950.

Ce sont ces deux races voisines géographiquement qui auraient fini par ne former plus qu'une population.
En 1939, une société des éleveurs de la race bovine du Saosnois a été créée et un standard de race établi. Cette tentative sera sans suite à cause de la Seconde Guerre mondiale. Il n'existe pas de livre généalogique à l'heure actuelle. En 1997, une association pour la promotion et la valorisation des animaux du Saosnois a été créée. Un programme de préservation de la race a été établi. Il vise à:
  • Rechercher les troupeaux existants et répertorier les individus.
  • Sélectionner les animaux les plus représentatifs.
  • Diffuser les taureaux les plus intéressants par le biais de l'insémination artificielle.
  • Faire circuler l'information entre éleveurs.

En 2000, ce travail a abouti à l'attribution du numéro 88 à la race par le ministère de l'agriculture. (reconnaissance officielle)
C'est une race à effectif restreint. Le cheptel comprend environ 900 vaches reproductrices dont 50 % reproduisent en race pure et 31 taureaux dont 31 % disponibles en insémination artificielle.

Morphologie

La robe est pie rouge, parfois bringée. Les muqueuses sont claires. La répartition des taches rouges et la forme des cornes très variée traduisent une race non homogénéisée par la sélection. C'est un bovin de grand format, la femelle a une hauteur au garrot de 1,40 et le mâle de 1,50 m, d'un poids moyen respectivement de 800 et 1 300 kg.

Aptitudes

C'est une race à utilisation multiple (lait, viande et traction) qui a conservé sa vocation mixte. Elle donne entre 3 et 3500 kg de lait par lactation. Son ossature fine sous une musculature développée en fait une race lourde à bon rendement en viande. Cette dernière, rouge et fine avec un persillé délicat, rappelle celle de la normande dont elle partage localement la renommée. Le gène culard existe dans la population.
La variabilité des couleurs est un facteur positif chez les éleveurs à petit troupeau: elle permet de reconnaitre les individus sans recours aux numéros d'identification, un côté humain du travail de l'éleveur préservé.

Dʹaprès Wikipédia 
Identifier un timbre à partir de critères multiples
Vous devez choisir au moins un des 3 critères de recherche
mots-clés
Au moins un des mots   tous les mots
Dans l'ordre des
Mots entiers   partie de mots
valeur faciale          sans valeur faciale
ET   ET gamme de couleurs
 
Recherches de timbres selon les motifs de leur image
mots-clés
  Au moins un des mots Tous les mots  
Mots entiers partie de mots
Google

     
Ce site a été visité 28475758 fois - cette page a été visitée 2200 fois - précédente visite le 14/12/2018 à 14h 31mn
Mois de décembre 2018: 999 418 visites cumulées des pages pour 424 832 visites du site.


Pour remonter en haut de page faire un double clic où vous voudrez...